Investir en pleine pandémie : qui fait quoi?

Les femmes et les hommes se tournent-ils vers les mêmes propositions?

En septembre dernier, Conseiller publiait un article intitulé Les femmes, grandes négligées des conseillers, dans lequel on pouvait lire que les investisseuses sont généralement mal servies par leurs conseillers en services financiers, alors qu’elles s’enrichissent aujourd’hui plus rapidement que les hommes. De plus, selon un rapport de la CIBC World Market, elles détiendraient 70 % plus d’actifs dans 10 ans qu’aujourd’hui. Qu’en est-il donc des différences entre hommes et femmes lorsque vient le temps de se bâtir un nid de sécurité en cette année trouble?

« Je ne vois pas beaucoup de différences entre les hommes et les femmes, indique tout de go André Buteau, planificateur financier à la Financière Liberté 55. Je généralise, les femmes sont peut-être plus conservatrices dans leur portefeuille, mais je n’ai pas de statistiques. C’est plus une impression d’observation ».

Le Pl. Fin. s’est retrouvé à conseiller des gens qui n’étaient pas ses clients au début de la crise sanitaire. Inquiets, ceux-ci craignaient de tout perdre lorsque les marchés se sont mis à baisser au mois de mars, il a donc fallu calmer les moments d’angoisse de certains… tout en calmant la frénésie des autres.

« Des femmes étaient prêtes à rentrer d’un coup dans le marché et il fallait calmer les ardeurs en raison des incertitudes reliées à la pandémie, et à tout ce qui se passe au niveau mondial ainsi qu’au sud de notre frontière. On y va donc de prudence », ajoute-t-il.

La suite ici: https://www.conseiller.ca/produits/placement/investir-en-pleine-pandemie-qui-fait-quoi/

Site internet réalisé par Lead Multimédias